×

Devoir de vigilance : initier une démarche droits humains en entreprise

Avec Charlotte Michon, consultante droits humains et devoir de vigilance

La formation présentera deux aspects essentiels du devoir de vigilance, à savoir la cartographie des risques et leur mitigation, sous un angle pratique.
Après une explication générale du devoir de vigilance, les entreprises participeront à un travail dirigé pendant lequel elles réfléchiront à l’identification des risques liés aux droits humains de trois entreprises présentes volontaires. Charlotte Michon présentera ensuite des exemples de bonnes pratiques d’atténuation des risques mis en place par des entreprises.

Quand ? le 27 octobre de 09h00 à 12h00 (report du 29 septembre)
Où ? Linklaters LLP / 35 Avenue John F. Kennedy /  L-1855  Luxembourg 
Pour qui ? Les collaborateurs et collaboratrices en charge d’un enjeu lié aux droits humains, réservé aux membres IMS

Evènement en français

 

Nous informons les participants à nos évènements qu'ils sont susceptibles de figurer sur des photographies prises lors de l'évènement. Celles-ci sont destinées à être publiées dans les supports écrits ou numériques édités par IMS Luxembourg.
Besoin d’un aménagement spécifique?
* Champs obligatoires

Tasse et verre

Tasse et verre
  • Temps

  • Difficulté

  • Coût

 

 

 

étApes

- Installation de lave-vaisselles

- Communication nécessaire en amont pour sensibiliser les collaborateurs

Difficultés

- Casse
- Vol
- Stockage
- Hygiène
- Choix de la matière utilisée

bonnes pratiques

- RBC a instauré un système de caution pour éviter le vol et inciter les collaborateurs à réutiliser plusieurs fois une même tasse.

- Electrolux a offert à chaque collaborateur une tasse avec son nom.

- Société Générale a décidé de mettre des messages de sensibilisation à même ses tasses.

Bon à savoir

Les tasses et verres ne sont pas dénués d’impact écologique notamment au moment de la production. Il est estimé qu’il faut utiliser une tasse plus d’une centaine de fois pour amortir ce cout écologique, vis-à-vis du cout de production d’un gobelet. Cependant, les tasses et verres sont facilement recyclables en cas de casse, ce qui les rend plus écologiques qu’un gobelet.

Il est préférable de communiquer en amont sur la mise en place d’un système de tasse, ces communications peuvent inclure une partie de sensibilisation en expliquant notamment pourquoi cette décision a été prise (consommation annuelle/mensuelle de gobelets, protection de l’environnement).

Mieux vaut éviter une phase de transition trop longue où tasses et gobelets cohabitent : ne laissez que des tasses aux collaborateurs.