×

WaterWalls, premier festival culturel basé sur les principes du « cradle to cradle »

L'actu du réseau

WaterWalls est le premier festival culturel basé sur les principes du ‘cradle-to-cradle’ par la Seibühn Ensber, membre associé d'IMS. Organisé en biennale à partir de 2021, il se tiendra à Esch-sur-Sûre du 17 juillet au 25 septembre. Durant tout l’été, des créations artistiques contemporaines à proximité des 4 barrages en aval du grand Barrage et d’un cinquième le long la vallée de la Sûre servent de cadre à des performances, concerts, expériences sonores ou encore conférences-débats le long d’un parcours au paysage remarquable. 

Invitant à la réflexion sur les frontières, entre nature originelle et artificielle, la thématique de cette première édition « Natural Borders » se prêtera à de nombreuses métaphores et questionnements sur les flux, les courants, les technologies, les limites de la nature et de l’intervention humaine et les conséquences de ces autres frontières créées par le barrage. Le festival WaterWalls est ainsi l’occasion de sensibiliser sur les questions environnementales au travers d’approches artistiques, mais aussi ludiques, participatives ou encore pédagogiques. 

Le festival WaterWalls veut proposer une œuvre d’art totale contemporaine qui a pour but de sensibiliser tous les publics sur la production artistique et ses aspects de consommation de la culture. C’est pour répondre à cette démarche que les artistes sont invités à créer ou co-créer en écoconception en tenant compte des critères de durabilité et d’économie circulaire dans leur démarche. Vous pourrez ainsi découvrir 5 installations artistiques et scéniques dont la conception et l’expression se conforment au plus près de la stratégie des « 3R », réduire, réutiliser, recycler. 
Les performances et activités qui ont lieu tout au long de l’été sont destinées à tous les publics.

Les artistes et projets sélectionnés sont :

  • YO studio et Lagerkultur : "STAU“
  • Justine Blau et Stéphane Ghislain Roussel : “Ressac|re”
  • MAD TRIX : “Nénuphars” (Prix stART-up) 
  • Serge Ecker et Giacomo Piovan : “Floating Pixel”
  • Marco Godinho et Fábio Godinho : “Offrir quelques mots à la rive”

Plus d'infos

Tasse et verre

Tasse et verre
  • Temps

  • Difficulté

  • Coût

 

 

 

étApes

- Installation de lave-vaisselles

- Communication nécessaire en amont pour sensibiliser les collaborateurs

Difficultés

- Casse
- Vol
- Stockage
- Hygiène
- Choix de la matière utilisée

bonnes pratiques

- RBC a instauré un système de caution pour éviter le vol et inciter les collaborateurs à réutiliser plusieurs fois une même tasse.

- Electrolux a offert à chaque collaborateur une tasse avec son nom.

- Société Générale a décidé de mettre des messages de sensibilisation à même ses tasses.

Bon à savoir

Les tasses et verres ne sont pas dénués d’impact écologique notamment au moment de la production. Il est estimé qu’il faut utiliser une tasse plus d’une centaine de fois pour amortir ce cout écologique, vis-à-vis du cout de production d’un gobelet. Cependant, les tasses et verres sont facilement recyclables en cas de casse, ce qui les rend plus écologiques qu’un gobelet.

Il est préférable de communiquer en amont sur la mise en place d’un système de tasse, ces communications peuvent inclure une partie de sensibilisation en expliquant notamment pourquoi cette décision a été prise (consommation annuelle/mensuelle de gobelets, protection de l’environnement).

Mieux vaut éviter une phase de transition trop longue où tasses et gobelets cohabitent : ne laissez que des tasses aux collaborateurs.