×

Retour sur la conférence "New Generation: Digital Vision of Work"

Le 1er décembre dernier, un panel d’intervenants se réunissait en visio le temps d’un instant afin de faire le point sur la façon dont les jeunes perçoivent le futur des métiers. Moment opportun pour une rétrospective du projet Digital Explorer !

2019 et 2020 en quelques chiffres
Le dayCARE/Digital Explorer c’est près de 23 lycées participants pour environ 5500 élèves approchés en l’espace de deux années. Ce sont aussi 120 entreprises à avoir ouvert leurs portes pour accueillir ces élèves. Ce qui a permis à 350 élèves volontaires (dont 65 Digital Explorers) de se rendre en stage en entreprise pour amener la réflexion quant à leur orientation professionnelle mais aussi pour tenter de projeter certains métiers à horizon de 5 à 10 ans en tenant compte d’un phénomène actuellement omniprésent : la transformation digitale ! 
 
Ce qu’il ne fallait pas manquer
Après évaluation de l’ensemble Digital Visions rendues, les membres du jury (présents pour l’occasion) ont souhaité mettre en avant les 3 meilleures Digital Visions de l’édition 2020.

Composition du jury
Mr Claude Trémont, Responsable du département Emploi - Ministère du Travail 
Mme Blanche Lamesch, Chef de service - Chambre des métiers 
Mr Mike Engel, Directeur – Maison de l’Orientation 
Mme Stéphanie Damgé, Directrice – Jonk Entrepreneuren asbl 
Mr Christian Scharff, Président IMS et Partner People&Organisation - PwC

Les couples élèves/collaborateurs se sont donc à nouveau rassembler pour présenter en live leur vision future d’un métier. Par ordre de passage :

  • Vanessa et William - Métier : Responsable Agence Online, Raiffeisen
  • Bryan, Joana et Christina – Métier : Project Manager en R&I, LIST
  • Théo et Laurentiu - Métier : Service Director dans les télécommunications, Huawei

Madame Rouhan a enchainé avec un keynote speech inspirant et intégrant des projections statistiques percutantes. En effet, selon l’Institut du Futur et Dell (rapport 2017), « 85% des écolier(e)s exerceront en 2030 un métier qui n’existe pas encore ». Aussi, selon l’OCDE cette fois, à l’horizon 2025, la durée de vie de certaines compétences pourrait être réduite à 1 an (comparée à 20 ans pour les années 70).  
L’occasion aussi pour Mme Rouhan de faire un tour d’horizon des métiers à venir dans un futur proche selon différentes typologies : Évolution, Révolution, Innovation. 
 
Madame Chaine, directrice du Lycée Aline Mayrisch a alors conclu lors d’une interview menée par Monsieur Keckhut (modérateur), sur la vision des jeunes concernant le monde du travail et les actions/programmes mis en place au sein du/des lycée(s) pour les sensibiliser aux nouvelles compétences. Le tout en soulignant l’importance et la nécessité des projets comme le dayCARE et le Digital Explorer pour accompagner les élèves dans leur orientation professionnelle. 
 
Quel constat pour la suite ?
Que ce soit les entreprises, les lycées, le personnel enseignant ou encore les élèves, tous s’accordent sur un point : Le temps passé en entreprise est essentiel à l’Orientation professionnelle des jeunes mais aussi à la découverte des compétences nécessaires à leur intégration prochaine dans le monde du travail.  
 
IMS, CARE et l’ensemble de ses partenaires vont, dans les années à venir, tenter de continuer à s’engager dans ce sens afin de multiplier les échanges entre jeunes et entreprises.  
 
Vous souhaitez vous impliquer davantage et tenter de dessiner l’avenir des métiers de votre entreprise ?

 


 

Tasse et verre

Tasse et verre
  • Temps

  • Difficulté

  • Coût

 

 

 

étApes

- Installation de lave-vaisselles

- Communication nécessaire en amont pour sensibiliser les collaborateurs

Difficultés

- Casse
- Vol
- Stockage
- Hygiène
- Choix de la matière utilisée

bonnes pratiques

- RBC a instauré un système de caution pour éviter le vol et inciter les collaborateurs à réutiliser plusieurs fois une même tasse.

- Electrolux a offert à chaque collaborateur une tasse avec son nom.

- Société Générale a décidé de mettre des messages de sensibilisation à même ses tasses.

Bon à savoir

Les tasses et verres ne sont pas dénués d’impact écologique notamment au moment de la production. Il est estimé qu’il faut utiliser une tasse plus d’une centaine de fois pour amortir ce cout écologique, vis-à-vis du cout de production d’un gobelet. Cependant, les tasses et verres sont facilement recyclables en cas de casse, ce qui les rend plus écologiques qu’un gobelet.

Il est préférable de communiquer en amont sur la mise en place d’un système de tasse, ces communications peuvent inclure une partie de sensibilisation en expliquant notamment pourquoi cette décision a été prise (consommation annuelle/mensuelle de gobelets, protection de l’environnement).

Mieux vaut éviter une phase de transition trop longue où tasses et gobelets cohabitent : ne laissez que des tasses aux collaborateurs.