×

Une soirée pour s’interroger sur les mutations du monde du travail liées à sa digitalisation

Ce jeudi, une centaine de personnes, étudiants, parents, personnel du monde de l’éducation et salariés d’entreprises étaient réunis à la House of Startups pour la Conférence Digital Explorer : les métiers du futur.

L’émergence de nouvelles professions, l’accélération du rythme des transformations notamment dues à la digitalisation interrogent : comment préparer et accompagner cette évolution afin d’appréhender les nouveaux enjeux numériques ? Pour tenter d’y répondre, IMS Luxembourg et Care Luxembourg se sont associés pour porter conjointement le projet Digital explorer, cofinancé par le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et la Jeunesse, le Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire, ainsi que le Fonds social européen. La soirée visait à faire un retour sur la première édition ayant eu lieu à l’automne dernier et donner aux participants des clés de compréhensions sur les mutations profondes qui attendent le monde du travail dans les 5 à 10 années à venir.

Mais qu’est-ce que le projet Digital explorer ? Petit retour en arrière : en octobre dernier, pendant le DayCare, 22 binômes réunissant des élèves âgé(e) de 16 à 18 ans et des salariés d’entreprises ont été formés le temps d’une journée. Outre cette première immersion dans le monde du travail pour l’étudiant, il était proposé à chaque binôme d’esquisser les métiers de demain dans un monde en pleine transition digitale. Guidés dans leur réflexion par des outils de co-création, ces binômes ont pu dessiner les contours d’une vision digitale, fruit de leurs réflexions et ainsi tenter d’apporter des éléments de réponses pour amorcer cette transition numérique au sein des entreprises.

En ouverture, différents acteurs ont été invités à prendre la parole : Mike Engel, Directeur de la Maison de l’Orientation et Claude Tremont, Responsable du département Emploi au sein du Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale et solidaire. Ils ont pu respectivement souligner l’importance de l’orientation et des évolutions nécessaires tant au niveau de l’Education nationale que du marché de l’emploi pour assurer l’insertion des nouvelles générations sur le marché de l’emploi.

Puis trois binômes formés lors de la dernière édition du projet Digital Explorer étaient invités à témoigner de leur expérience au cours d’une table-ronde. Salariés et étudiants ont ainsi pu partager ce qui les avait le plus marqué lors de cette journée et exprimer leur avis sur la façon dont l’un(e) ou l’autre s’imagine travailler d’ici quelques années. Outre le croisement des points du vue entre générations, la pluralité des métiers et des secteurs d’activités sont venues enrichir le débat : le secteur de la biologie médicale avec la responsable communication de chez Bionext Lab, l’industrie avec un ingénieur qualité et digitalisation de chez ArcelorMittal et le secteur bancaire avec la gestionnaire RH de chez Raiffeisen.

Pour clôturer cette soirée, Christian Scharff, Président de IMS Luxembourg et Partner People & Organization Leader au sein de PWC Luxembourg a pu partager son expertise en resituant le contexte de la transformation digitale du monde du travail, les secteurs les plus impactés pour ensuite brosser les enjeux collectifs à venir. En effet la pénurie de compétences pourrait impacter négativement bien des entreprises dans un futur proche : elle toucherait à la fois les salariés actuellement en poste comme les jeunes sortant d’études, aucun ne pouvant être formés à des métiers qui à ce jour n’existent pas encore. Le défi de société est de taille et invite les différentes parties prenante à agir conjointement pour le relever.

C’est dans cette perspective qu’IMS Luxembourg et CARE Luxembourg reconduiront leur initiative Digital Explorer, à nouveau dans le cadre du DayCare le 28 octobre prochain.

 

Digital Explorer : les métiers du futurs le 13 février 2020

Tasse et verre

Tasse et verre
  • Temps

  • Difficulté

  • Coût

 

 

 

étApes

- Installation de lave-vaisselles

- Communication nécessaire en amont pour sensibiliser les collaborateurs

Difficultés

- Casse
- Vol
- Stockage
- Hygiène
- Choix de la matière utilisée

bonnes pratiques

- RBC a instauré un système de caution pour éviter le vol et inciter les collaborateurs à réutiliser plusieurs fois une même tasse.

- Electrolux a offert à chaque collaborateur une tasse avec son nom.

- Société Générale a décidé de mettre des messages de sensibilisation à même ses tasses.

Bon à savoir

Les tasses et verres ne sont pas dénués d’impact écologique notamment au moment de la production. Il est estimé qu’il faut utiliser une tasse plus d’une centaine de fois pour amortir ce cout écologique, vis-à-vis du cout de production d’un gobelet. Cependant, les tasses et verres sont facilement recyclables en cas de casse, ce qui les rend plus écologiques qu’un gobelet.

Il est préférable de communiquer en amont sur la mise en place d’un système de tasse, ces communications peuvent inclure une partie de sensibilisation en expliquant notamment pourquoi cette décision a été prise (consommation annuelle/mensuelle de gobelets, protection de l’environnement).

Mieux vaut éviter une phase de transition trop longue où tasses et gobelets cohabitent : ne laissez que des tasses aux collaborateurs.