×

"Food Waste Zero" : IMS vise la réduction du gaspillage alimentaire

Publié le 12 avril 2017

IMS lance une campagne pour réduire le gaspillage alimentaire en restauration d’entreprise, sur le territoire du Kirchberg, en partenariat avec Sodexo. Quatre « restaurants test » se prêtent au jeu et espèrent sensibiliser salariés et employeurs.


Selon une étude réalisée en 2016 au Luxembourg, 68 000 tonnes de déchets et 31 000 tonnes de gaspillage alimentaire sont recensés par an au Grand-Duché. Si cette tendance à trop consommer et gâcher est bien réelle, IMS a décidé de s’attaquer au sujet en allant directement au coeur du problème au sein de sa cible principale : les restaurants d’entreprises. Quatre sociétés ont accepté de relever le défi et de tenter de réduire, au cours du mois d’avril, leurs gaspillages alimentaires. La Banque Européenne d’Investissements, BGL BNP Paribas, RTL et l’European Convention Center Luxembourg se sont lancé ce challenge ! Ces actions s’inscrivent dans le cadre de la campagne « Food Waste Zero », développée par IMS et en étroite collaboration avec Sodexo.


Sensibiliser pour moins gâcher
Au long du mois d’avril, IMS accompagnera l’évolution des retours alimentaires dans les plateaux de plus de 4000 salariés au Kirchberg. La première phase s’est concrétisé la semaine dernière et a consisté à effectuer une pesée des denrées alimentaires jetées (émissions en cuisine et retours assiettes), avant même d’informer largement les utilisateurs quotidiens de l’existence de cette campagne. Etape 2 : pendant ce mois, l’objectif est d’inciter les collaborateurs à échanger davantage avec le personnel Sodexo afin d’adapter les portions et de recueillir leur feedback sur le fonctionnement global des cantines (existence de plusieurs plats quotidiens, avis sur les quantités servies et les menus bios, etc.). Pour finir, une pesée comparative sera effectuée, dans l’espoir d‘une réduction significative du pourcentage d’aliments qui finissent à la poubelle. Un pari ambitieux quand on sait que la restauration collective représente 14% des denrées perdues dans la pyramide totale du gaspillage au Luxembourg.
Les enjeux sont nombreux pour les entreprises, et IMS, qui avait déjà mené tout un cycle de formation sur les achats durables dans l’alimentaire (et une publication dédiée), a souhaité remettre ce sujet à l’ordre du jour, en impliquant directement ses membres. Inspirer et accompagner le changement durable, telle est la raison d’être du réseau IMS.


#ZEROWASTE @imslux

  

Tasse et verre

Tasse et verre
  • Temps

  • Difficulté

  • Coût

 

 

 

étApes

- Installation de lave-vaisselles

- Communication nécessaire en amont pour sensibiliser les collaborateurs

Difficultés

- Casse
- Vol
- Stockage
- Hygiène
- Choix de la matière utilisée

bonnes pratiques

- RBC a instauré un système de caution pour éviter le vol et inciter les collaborateurs à réutiliser plusieurs fois une même tasse.

- Electrolux a offert à chaque collaborateur une tasse avec son nom.

- Société Générale a décidé de mettre des messages de sensibilisation à même ses tasses.

Bon à savoir

Les tasses et verres ne sont pas dénués d’impact écologique notamment au moment de la production. Il est estimé qu’il faut utiliser une tasse plus d’une centaine de fois pour amortir ce cout écologique, vis-à-vis du cout de production d’un gobelet. Cependant, les tasses et verres sont facilement recyclables en cas de casse, ce qui les rend plus écologiques qu’un gobelet.

Il est préférable de communiquer en amont sur la mise en place d’un système de tasse, ces communications peuvent inclure une partie de sensibilisation en expliquant notamment pourquoi cette décision a été prise (consommation annuelle/mensuelle de gobelets, protection de l’environnement).

Mieux vaut éviter une phase de transition trop longue où tasses et gobelets cohabitent : ne laissez que des tasses aux collaborateurs.